Retour au menu  

Séance groupe II n° 25 du  25/06/2012
Quel est mon débit ADSL réel ? ATM ? IP ? Quel est le Ping ?

I Préambule
Notre liaison Internet Adsl (Asymetric Digital Suscriber Line) est devenue essentielle. J'en veux pour preuve la détresse des internautes lorsque leur transmission est interrompue. Mais comment peut-on connaître le débit réel de sa ligne ? Nous allons essayer de faire le point.

II Flux montant, flux descendant
On doit distinguer le flux montant (utilisé en émission d'un fichier, chargement d'une page web vers un site personnel (upload)) et le flux descendant (téléchargement d'un document à partir d'un site, d'une vidéo etc, (download)). C'est ce dernier qui est pris comme référence dans les débits annoncés par le fournisseur d'accès. Le débit montant, à peu près 10 fois moins rapide que le débit descendant,  peut être jusqu'à 20 fois inférieur. On peut également regretter à ce sujet que les publicités ne communiquent principalement que sur les débits en voie descendante alors que les débits en voie montante sont tout aussi importants.

III Débit ATM ou débit IP
Une nouvelle astuce de vente  se généralise chez les fournisseurs d'accès Internet haut débit en France. Elle consiste à employer deux techniques de calculs différentes pour annoncer tel ou tel débit. Ainsi, on distingue les débits ATM qui sont mesurés sur le réseau en amont du DSLAM (équipement qui permet d'accéder au réseau mondial, pour nous, le central téléphonique) et le débit IP qui est mesuré directement entre l'abonné et les équipements DSLAM du fournisseur d'accès. En règle générale, un débit ATM est 25% plus élevé qu'un débit IP. Seul problème, le débit ATM reste un débit très théorique et en pratique il n'est pour ainsi dire jamais atteint, au contraire du débit IP qui est plus réaliste.
A lire : http://www.echosdunet.net/dossiers/dossier_524_debits+atm+debits+ip+-+quelle+est+difference+.html

IV La réactivité (ou latence ou Ping)
Cet indicateur de qualité essentiel se mesure par l’envoi d’un petit paquet de données de votre ordinateur vers le serveur de test. Pour certaines utilisations, un débit important ne suffit pas : il faut aussi un ping faible (inférieur à 60 ms pour les jeux multijoueurs en ligne, par exemple). Un ping inférieur à 60 millisecondes est considéré comme très bon, voire excellent en dessous de 30 ms. Il est bon entre 60 et 100 ms, acceptable entre 100 et 200 ms, médiocre, voire mauvais au-delà.

VI Taux de téléchargement
C'est le nombre de kilo-octets téléchargés par seconde. Cette mesure est très variable et elle dépend de multiples facteurs : possibilités de votre ligne, heure de la journée et taux d'encombrement, puissance du serveur où vous téléchargez et taux de sollicitation de celui-ci.
Donnons un exemple : un débit théorique de 8 Mégabits/s va correspondre à un débit réel d'environ 6 Mégabits/s (IP) et si l'on divise par 8 pour avoir des octets, cela donnera un taux de téléchargement de 760 Ko/s environ dans de bonnes conditions de trafic. En heures pleines, il peut tomber de moitié, voire plus.
Lorsque vous faites un téléchargement, surveillez le taux donné en Ko/s. Il est significatif.

V Les testeurs de débit ADSL

Il en existe de nombreux. Mais certains utilisent le débit ATM (publicitaire et théorique) et d'autres le débit IP, plus proche de la réalité. En voici quelques-uns :
http://www.ligne-adsl.fr/test-debit-adsl.html
http://mire.sfr.fr/
http://www.60millions-mag.com/outils/testeur_de_connexion
http://www.testadsl.net/test-debit.html
http://www.journaldunet.com/test-connexion/ascendant/resultat/

Attention ! certains sites utilisent (presqu'en douce) des tests de débit payants !


Nous allons utiliser le test de "60 millions de consommateurs", qui est le plus réaliste et fonctionne avec toutes les configurations. Si vous essayez les autres, ils vous donneront des mesures largement supérieures (mesures ATM) mais aussi parfois le ping, qui est un élément intéressant.
Connectez-vous au lien ci-dessus de "60 millions de consommateurs", puis "Accédez au testeur de connexion" et enfin "Lancer le test". Notez les résultats en flux descendant et flux montant. N'hésitez pas à faire plusieurs essais à différents moments de la journée.
Ce test, fait par un journal indépendant, est significatif. En revanche, les débits annoncés par des vendeurs d'accès et leur testeur-maison, ont peut-être intérêt à être gonflés, car un utilisateur éventuel s'abonnera plus facilement à un forfait supérieur, donc plus cher si on lui annonce une potentialité plus grande.
Exemple : mon cas personnel. Tous les tests m'annoncent entre 8 et 12 Mégabits par seconde alors que  "60 millions de consommateurs" me le teste à 7,642 Mbit/s. Cela correspond à un taux de téléchargement de 950 Ko/s ce qui est effectivement le cas dans les conditions les meilleures. Mais il tombe souvent à 300 ou 400 Ko/s, voire moins. La longueur de ma ligne jusqu'au DSLAM est de 2,250 Km mais il faut aussi tenir compte des sections de fil sur les différents tronçons, et du nombre et de l'état des boites intermédiaires (oxydation, manchons de réparation).